Assis Gare de Lyon, attendant mon train pour Berne, je repense à ce qui s’est passé il y a quelques minutes auparavant. 

Je suis allé manger à Gramme Paris … 

Pendant le repas deux mots me revenaient en tête constamment: 

joie et allégresse 

Joie et allégresse parce qu’en entrant dans cet endroit l’accueil fut juste parfait! Nos valises furent mises dans le coin, nous, une place de choix nous est réservée: le bar, en face des cuistos. 

C’était comme ci un guérisseur vous permettait d’assister à la confection de ses potions magiques. En face de nous, deux magiciennes de la cuisine. Sous nos yeux, en plus des ingrédients qui seront bientôt ingérés, la carte du Gramme.

Regardez ce qui est écrit à la fin du menu. Voilà tout est dit! 

La, je me sens bien, je me sens fort et épanoui. Je suis prêt à passer commande: 

Un Banh Mi Dog, des œufs mouillettes, un cookie chocolat fleur de sel et un pain perdu caramel sauce pop corn. 

Oui, je vous l’ai dit, je suis chaud, je suis prêt. 

Le cookie est le premier à arriver sur la table … il est beau, et parce qu’en mai « fais ce qui te plaît » je n’attends pas la suite. Avec amour, je le fends et là, les portes du paradis s’ouvrent à moi.

Mon espresso ne tarde pas lui aussi, c’est un pur éthiopien qui m’aide à franchir les marches qui mènent au paradis. 

A ce moment précis, j’ai su qu’il n’y aurait qu’une issue : l’excellence. 

Les œufs mouillettes, le banh mi dog et le pain perdu grillé au chalumeau apparaissent … 

j’ai soupiré, l’exaltation m’envahit. Je ne sais par lequel commencer … Ça y est un plan est établie par mon estomac: œufs, banh, pain perdu…

J’ai voulu utiliser le mot « tuerie » mais ce serait minimiser ce que j’ai ressenti. 

« Magique » « irréel » ou peut être « interstellaire » pourraient éventuellement rendre justice aux sensations que j’ai pu ressentir grâce à ces personnes, grâce à ces aliments, grâce à cette cuisine. 

Le plus choquant dans tout cela c’est qu’ils ne sont ouverts que depuis deux mois … 

Gramme, je t’aime. 

Related Article

0 Commentaires

Leave a Comment